Jeux de société

Wingspan, à tire d’ailes

7 avril 2020

Nos amis à plumes sont enfin à l’honneur. Avec une très jolie boîte qui donne envie d’être ouverte, Wingspan est un jeu de stratégie, réflexion et gestion de cartes en main.  Glissez-vous dans la peau d’un ornithologue et construisez la meilleure volière. 

Le matériel

Est magnifique. La texture des composants est agréable et d’excellente qualité. Les couleurs claires et pastel apportent une touche de douceur. Attention à ne pas confondre les œufs marbrés avec des bonbons. J’ai été tentée de les goûter la toute première fois.

Les cartes oiseaux sont élégamment illustrées. Les informations sur chacune d’elles sont rigoureusement scientifiques (type d’habitat, type de nourriture, envergure) pour peu qu’on y prête attention. Cela fait de Wingspan un jeu à la thématique originale et éducative, pour les enfants comme les plus grands.

On y joue comment ?

Au premier abord, Wingspan peut paraître complexe. Moi-même il m’a fallu deux parties pour en saisir toutes les nuances. Mais rassurez-vous : les règles sont en réalité assez simples. 

Le jeu se déroule sur quatre manches de vingt-six tours. Par tour, les joueurs ont le choix entre quatre actions possibles : 

  • Poser un oiseau dans un habitat en payant son coût en nourriture (et parfois en œufs)
  • Récupérer de la nourriture 
  • Pondre des œufs
  • Piocher de nouvelles cartes

Jusqu’ici, ce n’est pas trop prise de bec, non ? 

On gagne comment ? 

Plus on pose de cartes oiseaux sur son plateau et plus les actions ci-dessus gagnent en puissance. On active ensuite les « pouvoirs » (inscrits sur les bandeaux bruns et/ou roses) de toutes les cartes d’un habitat afin de déclencher des combos lucratifs à la chaîne.

Une fois qu’on a compris la mécaniques des combos, le jeu est assez rapide. Car plus les manches avancent, plus le nombre de tours d’actions diminue. La première manche s’effectue en huit tours. La deuxième manche en sept tours, la troisième en six tours et la dernière en cinq tours.

Les mots d’ordre sont « anticipation » et « planification ». Le choix initial des nourritures ainsi que des premières cartes à conserver est crucial. Réfléchissez toujours à vos prochaines actions avec un temps d’avance. 

Pour gagner, vous pouvez :

  • Poser des cartes oiseaux ayant de grands points de vie
  • Remplir les conditions de victoire des quatre manches
  • Réussir votre objectif bonus personnel
  • Stocker de la nourriture sur vos cartes (ceci est un « pouvoir » activé par des cartes oiseaux spécifiques)
  • Glisser d’autres cartes oiseaux sous vos cartes (un second « pouvoir » activité par des cartes oiseaux spécifiques)
  • Pondre des œufs

Les choix sont nombreux. Libre à vous de privilégier la meilleure stratégie pour remporter la victoire.

J’aime et j’aime pas :

J’aime pas : À la fin des quatre manches, on procède au décompte final. C’est l’ombre noire au tableau, la partie la plus frustrante. Car durant la totalité du jeu, on joue dans son coin sans pouvoir suivre l’évolution des autres. Parfois, j’ai l’impression d’avoir bien géré ma colonie (alors que non). On perd sans avoir la chance de rectifier ses erreurs. Je n’ai encore jamais gagné. Bizarrement, je trouve ça drôlement difficile. Peut-être que ma stratégie actuelle n’est pas la bonne. Le manque d’interactions entre les joueurs me gêne aussi un peu.

J’aime : Le thème pédagogique ainsi que la beauté du matériel. On ne s’ennuie jamais et on se retrouve rarement « bloqué » au niveau des actions à effectuer. Une mécanique fluide et une diversité de jeu, qui nous motive à jouer, encore et encore.

En conclusion : Wingspan est une belle envolée vers les cieux qui plaira à bon nombre de joueurs et de passionnés d’oiseaux.

👥| 1 à 5 joueurs
🕣| 60-90 mins
🎂| 10+
By Matagot

You Might Also Like

No Comments

Laisser un commentaire